Imprimer cette page
mardi, 19 juillet 2011 02:00

À la découverte de la chèvrerie de Marisa.

Le Télégramme - 19 juillet 2011

telegramme 19juillet2011Les chevreaux sont âgés d'à peine 15 jours. Ils ont encore besoin d'être nourris au biberon.

Marisa et Frédéric Thomas, propriétaires de la chèvrerie de Tréguennec, proposent tout l'été des visites de l'exploitation ouverte au public avec dégustation du lait de leurs chèvres.

"Bon, venez les enfants. C'est l'heure de donner les biberons !"

Fascinés par la vingtaine de petites chèvres âgées d'à peine 15jours, les enfants se pressent autour de l'enclos dans lequel elles vivent. Chacun à leur tour, ils sont autorisés à tenir le biberon. Pour Paul, cinq ans, c'est la deuxième fois. Très concentré, il ne lâche pas des yeux la chèvre.

"Il a toujours été très attiré par les animaux", s'attendrit sa maman.

Comme Paul, des dizaines d'enfants accompagnés de leurs parents se croisent tous les jours pendant l'été à la chèvrerie de Tréguennec.

"Nous accueillons beaucoup de familles avec des enfants en bas âge. Les grands-parents aussi aiment bien amener leurs petits-enfants", expliquent Marisa et Frédéric Thomas, les propriétaires des lieux depuis quinze ans. Le couple a ouvert au public sa chèvrerie depuis juin2009 afin de faire connaître la façon dont on s'occupe de ces animaux. Dans le même bâtiment que les chevreaux, leurs mamans sortent de la traite, direction les champs tout proches. "Avec elles, pas besoin de tondre la pelouse !", sourit Marisa. Encore un dernier regard aux mignonnes petites bêtes et direction les buffles, qui font aussi partie de la maison depuis quelques mois. Beaucoup moins gracieux mais tout autant apprivoisés, les jeunes bovins (ils ont un peu plus d'un an) s'approchent avec entrain des humains. "C'est incroyable comme ils sont sociables, affirme Marisa, en leur servant leur repas. Bien plus que les vaches. Ils me réclament même des câlins!" Ils ont beau être affectueux, la propriétaire conseille tout de même de rester derrière les barrières, un geste brusque de leur part est vite arrivé.

Des crêpes au lait de chèvre

Après quelques explications sur le lait de bufflonne, bientôt transformé en mozzarella par Marisa et Frédéric, c'est l'heure du goûter.

Au menu: des crêpes... au lait de chèvre bien "C'est Frédéric qui est au billig". Josiane, de Tréogat, goûte. "C'est bon, mais je ne vois pas trop la différence avec des crêpes au lait de vache". "C'est plus digeste, répond Frédéric. Il y a moins de lactose dedans". Pour ce qui est du lait, proposé gracieusement aux visiteurs, en revanche, la différence est radicale. Selon Martine et Patrick, des Yvelines, "c'est plus léger que le lait de vache et ça a le goût du fromage de chèvre frais\". Le couple de vacanciers est conquis. Ils l'ont d'ailleurs promis: ils reviendront !

Pratique

Chèvrerie de Tréguennec, ouverte tous les jours, sauf le lundi, de 16h30 à 19h.